Thriller / Suspense - Genres

Caractéristiques et sous-genres du thriller

Le thriller est un genre fictionnel qui vise à créer un suspense et d'autres sentiments connexes, tels que l'anticipation, la curiosité, la surprise, l'excitation et l'anxiété, ce qui peut être réalisé de plusieurs façons, que ce soit en plaçant les personnages dans des situations dangereuses et en évoquant un sentiment de menace, en retardant quelque chose de maléfique et d'inévitable, ou en dévoilant progressivement des mystères et des secrets. Les protagonistes des thrillers cherchent souvent à sauver leur vie ou celle de quelqu'un d'autre en résolvant des problèmes et des situations de crise ou en accomplissant une sorte de mission. Les thèmes les plus fréquents sont les poursuites, les complots et les conspirations, les meurtres, les vengeances et les prises d'otages, les tueurs à gages, l'espionnage et la dissimulation d'informations importantes, ou encore la recherche de meurtriers, de voleurs, de kidnappeurs, de psychopathes et de terroristes. Les thrillers sont généralement rythmés, comportant souvent des rebondissements inattendus, des fausses pistes, une certaine dose d'action, et atteignent leur apogée dans les moments de plus grand suspense. De par leur nature même, ils peuvent facilement se mêler à d'autres genres, typiquement, par exemple, le genre policier, qui met toutefois beaucoup plus l'accent sur le développement d'une intrigue criminelle ou policière, ou le genre de l'horreur, qui repose toutefois davantage sur l'évocation de la peur et de la terreur que sur le simple suspense, et qui, contrairement au thriller, utilise plus souvent des éléments surnaturels.

Outre les polars et les thrillers comportant des éléments d'horreur, d'autres catégories courantes comprennent les thrillers d'espionnage, qui se déroulent dans le monde des services secrets, et les thrillers psychologiques qui mettent l'accent sur les changements de comportement humain, d'identité humaine et l'expérience de processus mentaux complexes. Il y a aussi les thrillers juridiques et politiques qui se concentrent sur les avocats et les fonctionnaires et sur les motifs politiques, tels que les conflits entre pouvoirs, les assassinats d'hommes d'État ou la découverte de réseaux de corruption, et les thrillers mystérieux qui travaillent sur des motifs irréels et paranormaux. Dans les techno-thrillers, l'intrigue tourne généralement autour de l'utilisation de technologies avancées ; dans les thrillers conspirationnistes, la mise au jour de machinations secrètes joue un rôle majeur ; les thrillers érotiques combinent une intrigue à suspense, avec des scènes de nudité et de sexe plus ou moins explicites ; et les thrillers comiques mêlent suspense et humour. Outre le suspense, les thrillers peuvent également offrir un commentaire ou une critique sociale, le plus souvent autour de questions sociales ou raciales. Les thrillers d'action, les thrillers de science-fiction et les thrillers catastrophes sont également courants, mais ils sont décrits dans les sections consacrées aux films de science-fiction, d'action et catastrophes, tout comme les films policiers qui ont leur propre catégorie de genre.


La naissance du thriller au début de l'ère du son

La comédie muette, Monte là-dessus (1923), a été considérée comme l'un des premiers thrillers, avec un protagoniste, joué par Harold Lloyd, qui effectuait, sans filet de sécurité, l’escalade d’un gratte-ciel, dans des conditions extrêmement excitantes. Le film allemand de Fritz Lang, Les Espions (1928), qui mettait en scène la romance de deux agents de services secrets rivaux, a été le premier thriller d'espionnage à utiliser un certain nombre d'éléments, tels que des organisations secrètes avec des sièges cachés et l'utilisation de chiffres pour identifier les agents, qui influenceraient le développement du genre pendant plusieurs décennies. Lang a ensuite réalisé, entre autres, le thriller Chasse à l'homme (1941) aux États-Unis, dont le héros était un capitaine de l'armée britannique poursuivi par la Gestapo, après une tentative d'assassinat ratée d'Adolf Hitler.

Le réalisateur Roland West a réalisé le thriller The Bat Whispers (1930), un remake de son propre film muet de 1926, sur les habitants d'une grande maison terrorisés par un criminel inconnu, tandis que dans Les Chasses du comte Zaroff (1932), les personnages principaux étaient confrontés à un étrange comte organisant des chasses à l'homme sur son île privée. Le thriller britannique Rome Express (1932) traitait d'un tableau volé, d'un chantage et d'un meurtre dans un train en marche, et dans La Force des ténèbres (1937), un ouvrier agricole bricoleur était engagé pour travailler dans une ferme, mais sa présence soulevait des questions sur une série de meurtres se produisant dans les environs.

La Chasse du comte Zaroff (1932)

La Chasse du comte Zaroff - Joel McCrea, Fay Wray

 

Alfred Hitchcock ou le "Maître de la tension"

Le réalisateur et scénariste britannique, Alfred Hitchcock, a débuté comme auteur d'intertitres dans des films muets, avant de devenir une légende du genre cinématographique, et l'un des cinéastes les plus célèbres de tous les temps, qui a donné au thriller un concept unique ayant influencé le développement du genre dans les décennies suivantes. Son film muet Les Cheveux d'or (1927) était déjà un thriller, une recherche du tristement célèbre Jack l'Éventreur, dans lequel Hitchcock explorait, pour la première fois, son motif favori de la femme innocente en danger. Son thriller suivant a été le film sonore Chantage (1929), dans lequel le personnage principal tuait un agresseur en état de légitime défense, et le meurtre faisait ensuite l'objet d'une enquête par son fiancé. Il réalisait ensuite le thriller comique conspirationniste L'Homme qui en savait trop (1934), dont il ferait lui-même le remake en 1956, et réaliserait ensuite Les 39 marches (1935), film sur un fugitif en fuite, puis le film Agent secret (1936), sur la recherche par un sergent de police d'un terroriste présumé, et Jeune et innocent (1937), thriller dans lequel un homme innocent, soupçonné du meurtre d'une célèbre actrice, recherchait seul le véritable assassin. Dans le thriller conspirationniste comique Une femme disparaît (1938), le réalisateur culte racontait l'histoire de la recherche d'une passagère d'un train en marche, qui a disparu pendant le voyage.

En 1940, Alfred Hitchcock a été invité à Hollywood pour réaliser Rebecca (1940), l'histoire d'un couple marié, interprété par Laurence Olivier et Joan Fontaine, qui, après leur mariage, se rendait dans la propriété aristocratique de l'homme, ce qui terrifiait sa jeune épouse. Ce film a connu un succès extraordinaire, remportant deux des onze nominations aux Oscars (dont celle du meilleur film) et lançant la longue carrière d'Hitchcock aux États-Unis, où il passerait le reste de sa vie. La même année, il présentait son thriller américain Correspondant 17 (1940), dans lequel il combinait le thème de la Seconde Guerre mondiale avec une intrigue d'espionnage, impliquant un journaliste ordinaire qui se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment. Hitchcock réalisait ensuite Soupçons (1941), avec Joan Fontaine dans le rôle d'une femme amoureuse, dont le petit ami endetté, joué par Cary Grant, voulait la tuer à cause de sa police d'assurance-vie. Son thriller suivant, La Cinquième colonne (1942), racontait l'histoire d'un pilote innocent qui se trouvait mêlé à un crime de guerre, et était poursuivi à la fois par la police et les criminels. Il réalisait ensuite, successivement, les thrillers psychologiques L'Ombre d'un doute (1943) et La Maison du Docteur Edwardes (1945), le thriller d'espionnage Les Enchaînés (1946) et le thriller psychologique La Corde (1948), qui donnait l'illusion d'un film tourné en une seule prise.

Cependant, ce n'est que dans les années 1950, qu'il réalisait ses films les plus célèbres, à commencer par Le Grand Alibi (1950), qui se déroulait dans un théâtre, et surtout L'Inconnu du Nord-Express (1951), dans lequel deux hommes qui se rencontraient par hasard, organisaient les meurtres de deux personnes dont ils voulaient se débarrasser. Après Le Crime était presque parfait (1954), dans lequel il associait, à son enquête policière, une tentative de crime parfaitement planifiée, Hitchcock réalisait Fenêtre sur cour (1954), nommé pour quatre Oscars, avec James Stewart et Grace Kelly dans le rôle d'un couple qui, sur la base d'une observation attentive, en venait à croire qu'un voisin a tué sa femme. L'Homme qui en savait trop (1956) a été suivi de Sueurs froides (1958), une histoire psychologique onirique d'un ancien policier, qui tombait amoureux d'une femme, qu’il a été secrètement chargé de suivre, et de La Mort aux trousses (1959), un autre thriller magistral, dans lequel un professionnel de la publicité joué par Cary Grant était victime des agents des services secrets, dans une histoire qui a marqué l'histoire du cinéma, avec une scène d'un homme poursuivi par un avion, et son point culminant au monument du Mont Rushmore. Dans les années 1960 et 1970, après les célèbres films d'horreur Psychose (1960) et Les Oiseaux (1963), Hitchcock réalisait les thrillers Pas de printemps pour Marnie (1964), Le Rideau déchiré (1966) et Frenzy (1972), entre autres, qui n’ont, cependant, pas connu le succès extraordinaire de ses films précédents.

L'Inconnu du Nord-Express (1951)

L'Inconnu du Nord-Express -

 

Autres réalisateurs de thrillers dans les années 1940

Aux États-Unis, le film noir régnait en maître dans les années 40, tandis que les thrillers classiques, qui étaient également réalisés dans une moindre mesure, utilisaient souvent des thèmes similaires à certains films d'Hitchcock, généralement la poursuite par des agents des services secrets ou la situation difficile d'un protagoniste exposé à un danger potentiel. Le premier thème était la prémisse, par exemple, de la comédie de guerre à suspense Train de nuit pour Munich (1940) de Carol Reed, qui faisait voyager ses héros dans divers lieux et villes européens attrayants dans le cadre d'un complot d'espionnage, un élément qui deviendrait populaire dans un certain nombre de thrillers ultérieurs, en particulier ceux qui mettaient en scène des agents secrets visitant des lieux exotiques dans le monde entier au cours de leurs missions. Peu après, en 1943, étaient produits les thrillers d'espionnage Voyage au pays de la peur, Un espion a disparu et Nid d'espions.

La prémisse du deuxième thème mentionné ci-dessus, a été utilisée, entre autres, par le film britannique Hantise (1940) et sa version américaine réalisée par George Cukor en 1944, un thriller psychologique traitant de la peur d'une femme de perdre la raison dans le manoir familial où elle et son mari ont élu domicile, après la mort de sa tante. Deux mains, la nuit (1945), de Robert Siodmak, qui racontait l'histoire d'une jeune femme muette, se cachant d'un tueur de femmes handicapées, et Raccrochez, c'est une erreur ! (1948) d'Anatole Litvak, dans lequel la protagoniste entendait accidentellement, au téléphone, un plan pour son propre meurtre, ont utilisé le thème des femmes confrontées à la présence d'un tueur. Des années plus tard, Seule dans la nuit (1967) de Terence Young, avec Audrey Hepburn dans le rôle d'une femme seule et aveugle, menacée dans son appartement par un groupe de voyous, a connu un grand succès.

Voyage au pays de la peur (1943)

Voyage au pays de la peur - Joseph Cotten

 

Thrillers politiques et d'espionnage des années 1950 et 1960

Un Homme est passé (1955), de John Sturges, et Dans la chaleur de la nuit (1967), de Norman Jewison, ont été considérés comme deux des premiers thrillers à caractère social, dans lesquels le principal méchant était, au sens figuré, la société elle-même. Le premier était une histoire, adaptée aux occidentaux, sur un vétéran de la Seconde Guerre mondiale qui se heurtait à la réticence suspecte des habitants, lorsqu'il tentait de localiser un fermier japonais dans une ville américaine reculée ; tandis que le second traitait des questions raciales dans un polar mettant en scène des policiers du Sud aidés dans leur enquête sur la mort d'un riche homme d'affaires, par un spécialiste noir des homicides. Dans La Mauvaise graine (1956), la mère d'une fillette de dix ans était convaincue que sa fille était une meurtrière ; alors que le principal anti-héros du film britannique Le Voyeur (1960) était un photographe solitaire et un voyeur obsédé par l'idée d'immortaliser, sur pellicule, la mort d'une victime de meurtre ; et dans Les Nerfs à vif (1962), le protagoniste était un ancien détenu qui décidait de se venger de l'homme qui l'avait condamné pour un crime des années auparavant.

Le film Charade (1963), de Stanley Donen, avec Cary Grant et Audrey Hepburn, combinait une comédie romantique et un thriller d'espionnage, tandis que le thriller politique Un crime dans la tête (1962) a relancé le thème des agents secrets et des conspirations gouvernementales dans les années 1960. Certains thrillers traitant du conflit américano-soviétique pendant la guerre froide, étaient également politiques : Point limite (1964) de Sidney Lumet et Sept jours en mai (1964) de John Frankenheimer en sont deux exemples. La trilogie britannique Ipcress (1965), Mes funérailles à Berlin (1966) et Un cerveau d'un milliard de dollars (1967), avec Michael Caine dans le rôle principal, explorait le monde des services secrets britanniques pour tenter de concurrencer les films de James Bond, beaucoup plus riches en action et en aventures à l'époque. L'espionnage était également le sujet des films britanniques L'Espion qui venait du froid (1965), M.15 demande protection (1967) et Le Secret du rapport Quiller (1966). Blow Up (1966), réalisé par le cinéaste moderniste italien Michelangelo Antonioni pour le marché occidental, restituait l'atmosphère des années 1960, avec en toile de fond, l'histoire d'un photographe hédoniste qui avait, peut-être accidentellement, photographié une tentative de meurtre.

Ipcress - Danger immédiat (1965)

Ipcress - Danger immédiat - Thomas Baptiste, Michael Caine

 

Conspiration et autres thrillers des années 1970

Au début des années 1970, les thrillers devenaient plus violents, en partie grâce à la série cinématographique ayant débuté avec L'Inspecteur Harry (1971) de Don Siegel, avec Clint Eastwood dans le rôle d'un policier cynique chargé d'attraper un mystérieux tireur d'élite, faisant fi des règlements et de ses supérieurs dans la poursuite de ses objectifs. Eastwood s'est également fait un nom, en tant que réalisateur, avec le thriller Un frisson dans la nuit (1971), dans lequel il incarne un DJ de radio devenant la victime d'un fan obsédé. Charles Bronson a réussi à s'imposer, en tant que justicier autoproclamé, dans Un justicier dans la ville (1974) de Michael Winner, lançant ainsi une série de thrillers d'action sur le thème de l'autodéfense civile. Il y avait également beaucoup de violence à l'écran, dans le thriller d'aventure Délivrance (1972) de John Boorman, dont les héros se heurtaient à un groupe de péquenauds robustes, alors qu'ils descendaient une rivière sauvage en radeau, dans un récit qui polémiquait sur la moralité de la lutte pour la survie. Le thriller Terreur aveugle (1971) ajoutait à la brutalité, en reprenant le thème éculé de la femme en danger, cette fois avec Mia Farrow dans le rôle d'une aveugle qui se cachait dans une maison pour échapper à l'homme qui avait assassiné sa famille, tandis que dans Les Chiens de paille (1971) de Sam Peckinpah, le personnage principal, joué par Dustin Hoffman, devait affronter le groupe d'hommes qui avait violé sa femme.

L'affaire du Watergate en 1972, lorsque des employés du bureau du président républicain Richard Nixon, ont été surpris en train d'installer des écoutes au siège du parti démocrate, a donné lieu à un certain nombre de thrillers politiques et de conspirations, par exemple A cause d'un assassinat (1974) d'Alan J. Pakula, une histoire de conspiration politique qui reflètait l'état d'esprit de la société américaine après l'assassinat du président Kennedy en 1963 et pendant la guerre du Vietnam. Pakula traiterait directement de l'affaire du Watergate dans le film Les Hommes du président (1976), récompensé par quatre Oscars, qui décrivait, avec réalisme, les coulisses de la salle de rédaction d'un journal et les complexités du travail éditorial, tout en narrant l'histoire d'un couple de journalistes d'investigation, interprétés par Dustin Hoffman et Robert Redford, qui découvraient peu à peu la vérité cachée du gouvernement, derrière le scandale de Nixon.

Parmi les autres thrillers conspirationnistes, citons Les Trois jours du Condor (1975) de Sydney Pollack, qui voyait la vie d'un agent de la CIA mise en danger, et le film de science-fiction Capricorn One (1977) de Peter Hyams, dans lequel le gouvernement américain trompait le public avec de fausses images d'une navette spatiale de la NASA se posant sur Mars. Le thriller franco-britannique, Chacal (1973) de Fred Zinnemann, sur une organisation secrète qui payait pour l'assassinat du président français, pouvai également être décrit comme un thriller politique. Le thème des écoutes téléphoniques a été exploré dans Conversation secrète (1974) de Francis Ford Coppola, dans lequel Gene Hackman jouait le rôle d'un expert en écoutes téléphoniques, qui démêlait un réseau de secrets et de meurtres tout en étant lui-même mis sur écoute.

Dans le thriller britannique Le Limier (1972), avec Laurence Olivier et Michael Caine, un auteur de romans policiers à succès invitait l'amant de sa femme chez lui, avec un plan de vengeance élaboré. Dans le mystérieux thriller psychologique, Ne vous retournez pas (1973), Julie Christie et Donald Sutherland, dans le rôle d'un mari et d'une femme, tentaient de se remettre de la mort de leur fille dans une Venise sinistre. Les Dents de la mer (1975), de Steven Spielberg, a connu un énorme succès avec son histoire de requin géant menaçant les visiteurs d'une plage ensoleillée. Le film a remporté trois Oscars, a inspiré de nombreux autres thrillers animaliers et films d'horreur et a donné naissance à plusieurs suites. Brian De Palma a également connu le succès avec ses thrillers Soeurs de sang (1972), Obsession (1976) et Furie (1978).

Capricorne One (1977)

Capricorne One - Sam Waterston, James Brolin, O.J. Simpson

 

Thrillers français et italiens des années 1950 à 1970

Parmi les pays européens, la France a eu une histoire relativement longue avec les thrillers, Henri-Georges Clouzot ayant réalisé des films de ce genre, surtout dans les années 1950. Il avait déjà réalisé le film policier L'Assassin habite au 21, en 1942 et l'avait poursuivi un an plus tard avec le film psychologique Le Corbeau, dans lequel il décrivait le calvaire d'un médecin, victime de lettres anonymes diffamatoires distribuées aux habitants de sa ville. Il réalisait ensuite Le Salaire de la peur (1953), l'histoire de camionneurs transportant un dangereux chargement de nitroglycérine dans la jungle latino-américaine, qui servirait de base à un remake américain réalisé par William Friedkin en 1977, Le Convoi de la peur. Son film Les Diaboliques (1955), sur le complot d'assassinat d'un directeur d'école despotique, par sa femme et son amant, ferait l’objet d’un remake américain du même nom, bien des années plus tard, en 1996. Dans les années 1960 et 1970, la France a produit un certain nombre de thrillers. Par exemple, le film politique Z (1969), du réalisateur grec Costa-Gavras, sur la recherche de la vérité dans le meurtre d'un homme politique grec, a été récompensé par un Oscar. Costa-Gavras réaliserait par la suite, entre autres, les thrillers L’Aveu (1970), État de siège (1972), Section spéciale (1975) et Missing - Porté disparu (1982). Cependant, à l'époque, les thrillers étaient déjà sur le déclin en France, au profit des films policiers immensément populaires, avec Alain Delon et Jean-Paul Belmondo.

Populaires en Italie à la fin des années 1960 et dans les années 1970, les films dits "giallo" se caractérisaient par des meurtres sanglants explicites, des thèmes psychologiques tels que la folie et la paranoïa, le voyeurisme, des thèmes sexuels, une bande-son musicale puissante, une conception visuelle très stylisée, une atmosphère surréaliste et des compositions picturales non conventionnelles, souvent axées sur des objets ou des parties du corps humain à caractère fétichiste. Il s'agissait généralement de thrillers psychologiques, ou de films d'horreur psychologiques, avec une intrigue policière ou criminelle. La pierre angulaire du genre a été le thriller La Fille qui en savait trop (1963) de Mario Bava, dont l'héroïne, fan de romans policiers, tentait de convaincre son entourage qu'elle avait assisté à un véritable meurtre. Bava connaîtrait par la suite le succès avec 6 Femmes pour l'assassin (1964), Lucio Fulci réaliserait notamment La Longue Nuit de l'exorcisme (1972), Emilio Miraglia réaliserait La Dame rouge tua sept fois (1972), et le réalisateur de films d'horreur, Dario Argento, se ferait un nom avec des films tels que Les Frissons de l'angoisse (1975), Ténèbres (1982) et Le Sang des innocents (2001).

Z (1969)

Z - Charles Denner

 

Les thrillers américains des années 1980

Dans les années 1980, Brian De Palma réalisait notamment le thriller Blow Out (1981), dans lequel il confiait à John Travolta le rôle principal d'un ingénieur du son accidentellement témoin d'un étrange accident de voiture. Le cinéaste canadien, David Cronenberg, s'était également installé dans le genre du thriller pendant un certain temps, réalisant, avec Christopher Walken, le film policier The Dead Zone (1983), puis confiant à Jeremy Irons le rôle de vrais jumeaux dans Faux-semblants (1988). Dans L'Oeil du témoin (1981), William Hurt trouvait le cadavre d'un homme d'affaires asiatique, ce qui le rapprochait d'une journaliste de télévision jouée par Sigourney Weaver. Dans le thriller psychologique La Mort aux enchères (1982), Roy Scheider jouait le rôle d'un psychiatre qui avait une liaison avec une femme soupçonnée de meurtre, jouée par Meryl Streep. Harrison Ford a eu des rôles principaux dans le thriller Witness (1985) de Peter Weir, dans lequel il jouait un policier chargé de protéger un jeune garçon, témoin d'un meurtre, et dans Frantic (1988) de Roman Polanski, dans lequel il tentait de sauver sa femme, kidnappée dans la capitale française.

Parmi les thrillers politiques, citons Sens unique (1987), avec Kevin Costner dans le rôle d'un employé du Pentagone qui tentait de prouver son innocence dans le meurtre de la maîtresse du secrétaire à la Défense, et La Loi criminelle (1988), avec Gary Oldman et Kevin Bacon, un exemple de thriller juridique dans lequel un avocat compétent décidait de prouver que son client était en réalité un meurtrier. David Lynch était entré dans le genre du thriller psychologique, avec Blue Velvet (1985), qui exposait un monde de violence et de déviance sexuelle derrière le rideau d'une ville tranquille. Dans Série noire pour une nuit blanche (1985), une comédie à suspense de John Landis, les personnages principaux, joués par Jeff Goldblum et Michelle Pfeiffer, voyaient leur vie menacée dans une affaire de vol d'émeraudes. Le fait qu'offrir un coup de main à quelqu'un, peut se retourner contre soi a été le sujet, par exemple, de Hitcher (1986), où un jeune homme innocent est soupçonné de meurtres en réalité commis par l'auto-stoppeur psychopathe qu'il a pris en stop, et de Calme blanc (1989), où un mari et une femme, joués par Nicole Kidman et Sam Neill, devaient lutter pour leur vie sur un yacht où ils ont recueilli un dangereux naufragé.

Blow Out (1981)

Blow Out - John Travolta

 

L'essor des thrillers érotiques dans les années 1980 et 1990

Bien que la nudité soit apparue sporadiquement dans certains thrillers, le thriller érotique, en tant que sous-genre autonome, était né dans les années 80, après la première de Pulsions (1980) et Body Double (1984) de Brian De Palma, La Fièvre au corps (1981) de Lawrence Kasdan et, surtout, après le succès de Liaison fatale (1987) d'Adrian Lyne. Le film de Lyne, avec Michael Douglas dans le rôle d'un avocat heureux en ménage, et Glenn Close dans celui de la maîtresse devenant obsédée par lui, a obtenu six nominations aux Oscars et est devenu l'un des films les plus rentables de cette année-là. L'essor ultérieur des thrillers, qui enrichissaient leurs intrigues avec les relations amoureuses des personnages principaux et les corps plus ou moins subtilement exposés de leurs protagonistes, a fini par s'imposer facilement grâce à la télévision par câble et au marché des cassettes vidéo. Un certain nombre de thrillers érotiques (certains presque pornographiques, en fait) ont même été réalisés pour une distribution directe en vidéo, notamment Night Eyes (1990), Last Call (1991) et Animal Instincts (1992).

Le début des années 1990 a vu la sortie, entre autres, de Fleur de poison (1992), JF partagerait appartement (1992) et Color of Night, avec Bruce Willis et Jane March (1994). Mais le thriller érotique le plus important de cette période a été Basic Instinct (1992), de Paul Verhoeven, avec Michael Douglas et Sharon Stone dans les rôles d'un inspecteur de police et d'une écrivaine soupçonnée de meurtre, qui obtient ce qu’elle veut de lui. Basic Instinct a été un succès au box-office et a introduit avec succès le thème des lesbiennes dans le genre du thriller érotique, thème qui a également été utilisé par la suite dans Wild Side (1995) et Bound (1996). Sharon Stone a ensuite joué dans le thriller érotique Sliver (1993), et Paul Verhoeven a repris la réalisation de scènes de nu dans Showgirls (1995), qui dépeint l'envers du décor du show-business. Ont suivi Jade (1995) de William Friedkin, Excès de confiance, avec Rebecca De Mornay et Antonio Banderas (1995), et Eyes Wide Shut (1999) de Stanley Kubrick, un film de rêve avec Tom Cruise et Nicole Kidman dans les rôles principaux d'un couple marié en plein renouveau sexuel.

Basic Instinct (1992)

Basic Instinct - Michael Douglas, Sharon Stone

 

L'essor des thrillers américains dans les années 1990

Un certain nombre de thrillers des années 1990 ont utilisé le motif du kidnappeur, ou du manipulateur persuasif, et un schéma d'intrigue impliquant des tentatives pour libérer les victimes de leur captivité ou de l’emprise de ces personnages. Parmi les exemples de cette prémisse, citons Misery (1990) de Rob Reiner, qui racontait l'histoire d'un écrivain populaire retenu prisonnier par un fan tyrannique et obsessionnel ; La Main sur le berceau (1992), dans lequel la paix d'une famille était brisée par une nounou vengeresse ; Meurtre en suspens (1995), dans lequel le protagoniste, joué par Johnny Depp, devait se battre, pour la vie de sa fille, contre des kidnappeurs qui lui demandaient de tuer le gouverneur de Californie, tandis que Mel Gibson affrontait les kidnappeurs de son fils dans le thriller La Rançon (1996), de Ron Howard. Dans La Disparue (1993), Kiefer Sutherland recherchait les ravisseurs de sa fiancée disparue, et Kurt Russell poursuivait les ravisseurs de sa femme dans le thriller Breakdown (1997). Le film policier de Jonathan Demme, Le Silence des agneaux (1991), a connu un grand succès, obtenant cinq des sept nominations aux Oscars, dont celle du meilleur film, et mettant en vedette Jodie Foster dans le rôle d'un agent du FBI à la recherche d'un tueur en série et qui est obligé de travailler avec un psychiatre cannibale joué par Anthony Hopkins.

Les thrillers de conspiration ont refait surface dans les années 1990, avec Jeux de guerre (1992) et Danger immédiat (1994), tous deux interprétés par Harrison Ford dans le rôle d'un agent de la CIA intrépide. Ford était également apparu dans les rôles principaux de Présumé innocent (1990) d'Alan J. Pakula et de Le Fugitif (1993) d'Andrew Davis. Parmi les thrillers politiques dignes d'être mentionnés, citons JFK (1991) d'Oliver Stone, qui traitait des événements à l'origine de l'assassinat du président Kennedy, Dans la ligne de mire (1993) de Wolfgang Petersen, avec Clint Eastwood dans le rôle d'un agent des services secrets qui devait protéger le président d'un assassinat, L'Affaire Pélican (1993) d'Alan Pakula, qui tournait autour de la découverte de la vérité, dans le meurtre de deux juges incorruptibles, et Ennemi d'Etat (1998), de Tony Scott, avec Will Smith dans le rôle du bouc émissaire, dans le meurtre d'un membre du Congrès. Il y a eu également plusieurs thrillers juridiques, tels que La Firme de Sydney Pollack (1993), dans lequel un diplômé en droit prometteur, joué par Tom Cruise, se retrouvait piégé par ses employeurs dans un cabinet d'avocats ; Peur primale de Gregory Hoblit (1996), avec Richard Gere dans le rôle d'un avocat défendant un schizophrène soupçonné de meurtre, joué par Edward Norton ; et L'Associé du diable de Taylor Hackford (1997), avec Keanu Reeves dans le rôle d'un jeune avocat, et Al Pacino dans celui de son employeur démoniaque.

Martin Scorsese a réalisé Les Nerfs à vif (1991), un remake du thriller du même nom datant de 1962 ; Bryan Singer a dirigé Un élève doué (1998), sur un lycéen qui reconnaissait son voisin comme un ancien criminel nazi ; Brian De Palma a poursuivi son œuvre de thriller avec Snake Eyes (1998), et Darren Aronofsky a fait ses débuts dans le cinéma, avec Pi (1998), un thriller sur un mathématicien qui se retrouvait en danger, à cause d'un programme capable de prédire la valeur de la bourse. David Fincher a connu un grand succès avec le polar Seven (1995), avec Brad Pitt et Morgan Freeman, dans le rôle d'enquêteurs à la recherche d'un meurtrier tuant selon les sept péchés capitaux, et le thriller paranoïaque, The Game (1997), dans lequel Michael Douglas jouait le rôle d'un banquier millionnaire qui se retrouvait pris dans un réseau d'intrigues, ce qui commençait à compliquer sa vie, en particulier après avoir reçu un cadeau d'anniversaire inhabituel. Le réalisateur M. Night Shyamalan a réalisé le thriller d'horreur Sixième sens (1999), qui a remporté un grand succès et est devenu célèbre pour son dénouement surprenant. Parmi les autres films populaires, citons Révélations (1999), réalisé par Michael Mann, et Payback (1999), avec Mel Gibson dans le rôle d'un gangster vengeur, dévalisé par ses complices.

Présumé innocent (1990)

Présumé innocent - Bonnie Bedelia, Harrison Ford

 

Les thrillers européens du début des années 1990

En France, en 1990, Luc Besson réalisait le thriller d'action Nikita, racontant l'histoire d'une jeune toxicomane qui, après avoir été arrêtée, rejoignait un service secret, où elle était formée pour devenir un agent et un assassin parfait. Besson a ensuite réitéré son succès avec Léon (1994), avec Jean Reno dans le rôle d'un assassin professionnel. En Espagne, Alejandro Amenábar a fait sa première incursion dans le genre, avec son premier film Tesis (1996), qui racontait l'histoire d'une étudiante universitaire se retrouvant en danger, alors qu'elle rédigeait une thèse sur la violence dans l'industrie audiovisuelle. Il a ensuite réalisé le film à succès Ouvre les yeux (1997), qui a ensuite fait l'objet d'un remake américain intitulé Vanilla Sky (2001). Le thriller autrichien Funny Games (1997), qui racontait l'histoire d'une famille terrorisée par deux jeunes hommes, a également fait l'objet d'un remake américain, les deux versions étant réalisées par Michael Haneke. Le cinéaste britannique Christopher Nolan a réalisé le remake du thriller norvégien, Insomnia (1997), qui racontait l'histoire de deux détectives, dont l'enquête sur un meurtre est compliquée par l'insomnie de l'un d'entre eux.

L'année 1994 a vu naître le thriller danois Le Veilleur de nuit, sur un veilleur de nuit dans une morgue, et le thriller mystérieux Smilla (1997), une coproduction dano-germano-suédoise sur la recherche par une scientifique prometteuse, de la cause de la mort d'un jeune garçon. En Allemagne, le réalisateur Tom Tykwer a connu un succès international avec le thriller Cours, Lola, cours (1998), dans lequel il racontait la même histoire, dans plusieurs versions différentes, et quelques années plus tard avec la coproduction Le Parfum : Histoire d'un meurtrier (2006), dont l'anti-héros était un connaisseur en parfumerie qui produit le parfum parfait, à partir des corps de jeunes beautés assassinées. En Espagne, Intacto (2001) a été un succès avec l'histoire d'un groupe de personnes, au bénéfice d’une chance extraordinaire, qui expérimentaient les limites de leur don, et le mélange hongrois de thriller et de comédie noire Kontroll (2003), à propos des inspecteurs de train de Budapest, à la recherche d'un homme qui poussait les passagers sous le train dans les stations de métro, a également connu un succès sans précédent. Le film britannique Dirty pretty things, loin de chez eux (2002) peut être décrit comme un thriller social, dont l'intrigue tournait autour de la découverte d'un cœur humain, tout en traitant également de la situation critique des immigrés dans la capitale anglaise.

En 2010, dans le cadre d'une coproduction entre la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni, Roman Polanski a réalisé The Ghost Writer, un thriller politique sur un écrivain qui se retrouvait mêlé à une intrigue, alors qu'il travaillait sur les mémoires d'un ancien Premier ministre britannique. En Espagne, le thriller Malveillance (2011) a connu le succès, avec son histoire de propriétaire psychopathe rendant régulièrement des visites nocturnes à son locataire, qui ne se méfie de rien, tout comme La Piel que Habito (2011) de Pedro Almodóvar, avec Antonio Banderas dans le rôle d'un chirurgien plastique qui expérimente un nouveau type de peau et un changement de sexe, et L'Accusé (2016), riche en rebondissements, sur un homme d'affaires accusé de meurtre, qui devait compter sur les compétences de son avocat.

La coproduction nordique, Headhunters, (2011) a réussi à combiner suspense et humour noir, dans l'histoire sanglante d'un découvreur de talents et voleur d'art, qui en voulait à l'une de ses victimes, et a fait de même dans Refroidis (2014), qui a ébloui par le parcours de vengeance divertissant d'un conducteur de charrue dont le fils a été tué par des mafieux, ce qui a valu un remake américain intitulé Sang froid (2019). En revanche, le film danois, The Guilty (2018), a enthousiasmé le public avec une intrigue d'enlèvement vue du point de vue d'un opérateur téléphonique. Des films français comme L'Amant double (2017) et Iris (2016) ont emprunté la voie du thriller érotique, tandis que La Lune de Jupiter (2017), film hongrois, combinait le thème de la chasse à un réfugié illégal avec un thème de science-fiction sur des capacités surnaturelles.

Tesis (1996)

Tesis - Ana Torrent

 

Les thrillers américains après le tournant du millénaire

Ridley Scott a suivi les traces du Silence des agneaux, avec sa suite Hannibal (2001) et Brett Ratner a fait de même avec Dragon rouge (2002), sans qu’aucun d’eux n’ai réussi à réitérer le succès du film original. En revanche, David Fincher a poursuivi avec succès ses précédents thrillers, avec Panic Room (2002), un film avec Jodie Foster sur une mère et sa fille qui se cachaient des voleurs dans une pièce secrète imprenable ; M. Night Shyamalan, a réalisé, entre autres, Incassable (2000) et Le Village (2004) ; pendant que Tony Scott réalisait les thrillers Spy game, jeu d'espions (2001) et Man on Fire (2004), avec Denzel Washington dans le rôle d'un ancien agent du gouvernement sur la piste de kidnappeurs d'enfants. Le héros, Jason Bourne, interprété par Matt Damon, s'est également fait un nom dans le genre du thriller d'espionnage, après avoir cherché son identité dans La Mémoire dans la peau (2002), La Mort dans la peau (2004), La Vengeance dans la peau (2007) et Jason Bourne (2016). Le réalisateur Michael Mann a brillé avec son thriller Collateral (2004), dans lequel Tom Cruise incarnait un assassin, David Cronenberg a réalisé A History of Violence (2005), avec Viggo Mortensen dans le rôle d'un père dont le passé criminel l'éloignait de sa famille, et Sydney Pollack est revenu au thriller politique avec L'Interprète (2005), avec Nicole Kidman et Sean Penn.

Christopher Nolan a fait des entrées réussies dans le genre du thriller avec Memento (2000), un film narré à l'envers, Le Prestige (2006), une histoire complexe sur la rivalité entre deux magiciens, et Inception (2010), un thriller de science-fiction nommé pour huit Oscars, sur un groupe d’individus spécialisés dans l’extraction de rêves, chargés de donner une idée précise à un homme endormi. Le thriller coproduit The Machinist (2004), avec Christian Bale, dans le rôle d'un homme infirme souffrant d'insomnie, et Hard Candy (2005), avec Ellen Page dans le rôle d'une adolescente confrontée à un photographe pédophile, ont tous deux attiré l'attention. D.J. Caruso a réalisé le thriller Paranoiak (2007), avec Shia LaBeouf, et le techno-thriller L'Œil du mal (2009), David Lynch a été à la hauteur de sa réputation avec le mystère Mulholland Drive (2001), après son succès avec Lost Highway (1997), et James Mangold a marqué des points avec Identity (2003), un thriller sur un mystérieux tueur qui assassinait progressivement les habitants d'un motel miteux.

Parmi les thrillers politiques et juridiques, Syriana (2005) et Michael Clayton (2007), tous deux réalisés par George Clooney, se sont distingués, tandis que Da Vinci Code (2006), Anges et démons (2009) et Inferno (2016) de Ron Howard, tous avec Tom Hanks, sont devenus des thrillers conspirationnistes populaires, remplis de symboles mystérieux. Phone Game (2002), un drame à suspense avec Colin Farrell, joué sur un mètre carré, Photo Obsession avec Robin Williams (2002) et Mr. Brooks avec Kevin Costner et William Hurt (2007) ont rejoint les rangs des thrillers psychologiques, tandis que la coproduction The Constant Gardener, avec Ralph Fiennes et Rachel Weisz (2005) s'attaquait aux entreprises pharmaceutiques. Les successeurs du thriller érotique, après le tournant du millénaire, incluaient Feu de glace (2002), Infidèle avec Richard Gere et Diane Lane (2002), et In the Cut, avec Meg Ryan et Mark Ruffalo (2003). Parmi les films ultérieurs du même genre ont figuré Basic Instinct 2 (2006), Chloe (2009), Passion (2012), Knock Knock (2015) et Frank & Lola (2016).

A History of Violence (2005)

A History of Violence - Viggo Mortensen

 

Les Thrillers réalisés en Inde et Asie de l’Est

Outre l'Amérique, les thrillers ont également prospéré en Inde, abandonnant dans de nombreux cas les éléments traditionnels du cinéma de Bollywood, pour s'inspirer de thèmes et de techniques cinématographiques occidentaux, ainsi que dans certains pays d'Asie de l'Est, où le genre a commencé à se répandre, surtout après 2000. Le cinéaste sud-coréen, Chan-wook Park, a remué les eaux cinématographiques internationales, avec sa trilogie de la vengeance composée des thrillers Sympathy for Mr. Vengeance (2002), Oldboy (2003) et Lady Vengeance (2005), et quelques années plus tard, il a réussi dans les festivals du monde entier avec Mademoiselle (2016), un thriller sensuel fait de rebondissements et d'intrigues, qui racontait la relation entre une jeune noble et sa servante, mise en place par un faiseur de mariages à l’arnaque.

Un succès encore plus important a été le fait du thriller social sud-coréen, Parasite (2019), réalisé par Joon-ho Bong. Premier film non anglophone de l'histoire à remporter l'Oscar dans la catégorie principale du meilleur film, il racontait l'histoire d'une famille appauvrie, dont les membres infiltraient frauduleusement les services d'un riche homme d'affaires. Parmi les autres thrillers sud-coréens qui ont connu le succès, citons Burning (2018), traitant d'un triangle amoureux inhabituel et de plusieurs incendies criminels mystérieux, et le thriller d'espionnage The Spy Gone North (2018), sur les relations tendues entre la Corée du Sud et la Corée du Nord. Plusieurs thrillers érotiques méritent également d'être mentionnés, comme The Scarlet Letter (2004) et Scarlet Innocence (2014).

Parmi les films indiens notables, citons Karthik Calling Karthik (2010), dans lequel la vie du protagoniste est changée par un appel téléphonique d'un homme portant le même nom, les thrillers d'espionnage Ek Tha Tiger (2012) et Raazi (2018), dans lesquels la protagoniste indienne épousait un officier pakistanais à des fins d'espionnage, et Raid (2018), sur un fonctionnaire incorruptible qui devenait la cible d'un riche politicien hostile. Le thriller Story (2012), qui combinait une intrigue conspirationniste sur des attaques terroristes à Calcutta, avec l'histoire d'une femme à la recherche de son mari disparu, a également connu un grand succès. Visual (2013) a été un autre grand succès au box-office, racontant l'histoire d'un homme d'affaires ordinaire qui doit protéger sa famille, impliquée dans le meurtre involontaire du fils de deux policiers. Ce film a par la suite fait l’objet de quatre remakes différents rien qu'en Inde, dont le plus célèbre a été réalisé en 2015. Le thriller Neerja (2016), inspiré d'un incident réel impliquant un avion détourné et une hôtesse de l'air courageuse, a également connu le succès, et certains thrillers érotiques ont bénéficié d'une certaine popularité, comme les séries de films Jism (depuis 2003), Murder (depuis 2004) et Hate Story (depuis 2012), ainsi que Love Games (2016).

Au Japon, outre les films en prises de vue réelles, le genre du thriller s'est infiltré dans les dessins animés, emmené en cela par le réalisateur Satoshi Kon, à l'origine des mystérieux thrillers psychologiques Perfect Blue (1997) et Paprika (2006). Parmi les films en prises de vue réelles, on peut citer G@me (2003), sur un employé de brasserie qui se faisait passer pour le kidnappeur de la fille disparue de son patron, le thriller Confessions (2010), dont l'héroïne était une enseignante de lycée qui cherchait à se venger, et un autre film sur la vengeance intitulé Grasshopper (2015), qui décrivait le destin d'un homme s'engageant dans la pègre. Parmi les productions chinoises, citons le thriller mystérieux The Great Hypnotist (2014), dans lequel un psychologue recherché est affecté au cas d'un patient capable de voir des fantômes, et Naneun Jeunginida (2016), remake du film sud-coréen Beullaindeu (2011), sur une ancienne policière qui a perdu la vue et a été accidentellement témoin d'un crime. Hong Kong et la Chine ont coproduit les thrillers Sleepwalker (2011), sur deux femmes traumatisées et des enlèvements d'enfants, et Insanity (2014), dans lequel un psychiatre devenait de plus en plus incertain quant à sa décision de libérer un patient, qui avait tué sa femme trois ans plus tôt, et décidait de le traiter à nouveau secrètement.

Parasite (2019)

Parasite - Yeo-jeong Jo

 

Thrillers américains après 2010

Le thriller psychologique Shutter Island (2010), réalisé par Martin Scorsese, a reçu de nombreux éloges de la part des critiques et du public, avec Leonardo DiCaprio dans le rôle d'un détective à la recherche d'une meurtrière disparue, qui a réussi à s'échapper de sa cellule dans un hôpital psychiatrique situé sur une île. Le thriller Gone Girl (2014) de David Fincher, dans lequel Ben Affleck devait faire face à la disparition de sa femme, en tant qu'homme soupçonné de son meurtre, a également été salué. Avec un fort sous-texte social, le thriller social, sur le thème de l'horreur, Get Out (2017) a exploré les questions raciales à travers l'histoire d'une conspiration de familles blanches qui kidnappaient de jeunes Afro-Américains. Son créateur, Jordan Peele, a ensuite réalisé le thriller social Us (2019), qui s'intéressait cette fois à l'envers de la société américaine. Detroit (2017) de Kathryn Bigelow, un film sur les émeutes raciales de Détroit de 1967, pouvait également être considéré comme un thriller social. Les thrillers d'espionnage Hanna (2011) de Joe Wright, La Taupe (2011) de Tomas Alfredson, Le Pont des Espions (2015) de Steven Spielberg et Red Sparrow (2018) de Francis Lawrence ont également été très remarqués.

Liam Neeson a joué dans plusieurs thrillers réalisés par Jaume Collet-Serra : Sans identité (2011), où il incarnait un scientifique dont l'identité était usurpée par un inconnu, Non-Stop (2014), où il jouait le rôle d'un membre de la police de l'air qui devait faire face à un terroriste inconnu à bord d'un avion, et The Passenger (2018), où il jouait le rôle d'un agent d'assurance, dont le destin était entre les mains d'une dangereuse organisation secrète. La série de films à suspense American Nightmare (depuis 2013) a gagné en popularité, présentant une version alternative d'une Amérique où toute activité criminelle était régulièrement autorisée pendant une nuit par an. Parmi les thrillers juridiques, La Défense Lincoln (2011) a reçu des éloges, avec Matthew McConaughey, tandis que les thrillers politiques comprenaient Snowden d'Oliver Stone (2016) et Pentagon Papers de Spielberg (2017), qui traitait de l'histoire vraie de journalistes cherchant à publier un rapport secret sur l'implication du gouvernement américain dans la guerre du Vietnam.

Le thriller Les Trois prochains jours (2010) mettait en scène Russell Crowe dans le rôle d'un professeur d'université qui tentait de prouver l'innocence de sa femme condamnée, et l'aidait ensuite à s'échapper de prison, tandis que Hugh Jackman et Jake Gyllenhaal jouaient dans Prisoners (2013), un film sur la recherche de deux jeunes filles. Gyllenhaal a également brillé dans le thriller psychologique Night Call (2014), dans lequel il endossait le rôle d'un reporter indépendant, tournant des vidéos de crimes, d'interventions policières et d'accidents tragiques pour la télévision. Parmi les autres thrillers psychologiques qui se distinguent, citons The Gift (2015) de Joel Edgerton, La Fille du train avec Emily Blunt (2016), et La Fracture (2019), avec Sam Worthington dans le rôle du mari et, respectivement, du père d'une mère et d'une fille disparues, qui tentait de découvrir une conspiration pharmaceutique. Don't Breathe - La maison des ténèbres (2016) a secoué les nerfs des spectateurs avec l'histoire d'un groupe de voleurs sous-estimant gravement les capacités de leur victime aveugle, tandis que le mystère Under the Silver Lake (2018) a subverti leurs attentes, avec une recherche surréaliste d'une femme disparue, et le thriller d'horreur Invisible Man (2020) les a effectivement effrayés en utilisant le célèbre motif de la science-fiction, dans une histoire de femme fuyant une relation avec un mari violent.

Night Call (2014)

Night Call - Jake Gyllenhaal

 

Les séries télévisées à suspense à travers les âges

Les écrans de télévision ont toujours été remplis de séries policières et de polars, bien plus souvent que de thrillers classiques et de leurs autres sous-genres, mais il existait quelques représentants notables du genre dans l'histoire de la production de séries. Dans les années 1950, ceux-ci ont pris la forme des séries d'anthologie Alfred Hitchcock présente (1955-1962) et La Quatrième dimension (1959-1964), dont chacun des épisodes proposait une histoire différente, relevant le plus souvent du thriller, du crime, de l'horreur et de la science-fiction. Dans les années 1960, Suspicion (1962-1965) et Thriller (1960), qui a été suivie d'une série du même nom en 1973, avaient la même structure. Également populaires, Bizarre bizarre (1979-1988) et, dans les années 1980, la plus récente Alfred Hitchcock Présente (1985-1989), basée sur l'émission du même nom des années 1950. D'autres séries s'en sont tenues principalement au thème des espions et des agents secrets, dont les plus notables sont Des agents très spéciaux (1964-1968) et Les Espions (1965), et les séries britanniques Chapeau melon et bottes de cuir (1961-1969), Destination danger (1960), Tinker, Taylor, Soldier, Spy (1979) et Les Gens de Smiley (1982).

La série des années 1990m, X-Files (1993-2018), se situait à l'intersection du thriller, du crime et du mystère de la science-fiction, mettant en scène un couple d'agents du FBI interprétés par Gillian Anderson et David Duchovny, qui enquêtaient sur des affaires souvent entourées de quelque chose de mystérieux ou de paranormal. La série 24 heures chrono (2001-2010) était révolutionnaire : tous les épisodes se déroulant en temps réel, et le protagoniste, un agent antiterroriste joué par Kiefer Sutherland, n'ayant toujours qu'une seule journée pour résoudre une situation compliquée et sauver ses proches. Lost : Les Disparus (2004-2010) est devenue un phénomène, décrivant la vie aventureuse de personnes qui se sont retrouvées naufragées sur une île mystérieuse, après un accident d'avion, et Prison Break (2005-2017) a suivi les actions d'un homme qui se rend en prison pour aider son frère, condamné à tort, à s'échapper. Les séries qui ont travaillé le genre de l'espionnage comprennent, entre autres, [MI-5] (2002-2011), sur les activités d'une organisation secrète protégeant la Grande-Bretagne, et Alias (2001-2006), racontant l'histoire d'un agent secret double. La catégorie des thrillers politiques comprenait Scandal (2012-2018), Designated Survivor (2016-2019) et Bodyguard (2018), dont le protagoniste était chargé de protéger une femme politique, qui représentait tout ce qu'il avait toujours méprisé dans sa vie, tandis que Homeland (2011-2020) racontait l'histoire d'un soldat qui, à son retour dans son pays après huit ans de captivité en Irak, est considéré comme un terroriste par un agent fanatique de la CIA.

Filmmaniak