Genres - Aventure

Les films du moment en VOD

Aspects caractéristiques des films d'aventure

Le terme "film d'aventure" est défini comme un genre de fiction dans lequel un ou plusieurs personnages s'efforcent d'accomplir une tâche ou une mission particulière tout en surmontant une série de situations dangereuses, qui résultent le plus souvent de confrontations avec des ennemis ou de pièges liés à des lieux éloignés et inexplorés où se déroule souvent l'action. Les protagonistes des films d'aventure sont souvent des voyageurs et des explorateurs courageux et intrépides, ou des protecteurs vertueux de la justice. Dans l'histoire du cinéma, ils ont été en grande majorité des hommes, tandis que les femmes étaient présentes en tant que personnages secondaires, principalement dans le cadre d'intrigues romantiques secondaires. Ce n'est que plus récemment qu'elles ont commencé à devenir elles-mêmes des protagonistes. Ces héros sont généralement récompensés de leurs efforts par un succès en dépit de tous les obstacles et de toutes les difficultés, démontrant ainsi que le bien triomphe toujours du mal, l'altruisme de l'égoïsme et la protection des innocents de la violence et de la cruauté.

À bien des égards, les films d'aventure ressemblent aux films d'action, mais ces derniers se concentrent davantage sur les combats, les fusillades, les poursuites, etc. alors que les premiers se concentrent sur la réalisation de l'objectif fixé par les personnages en tant que tels. D'ailleurs, cette division était pratiquement inexistante jusque dans les années 1960, car si des scènes d'action apparaissaient dans les films depuis les débuts du cinéma, ce n'est que dans les années 1970 que le film d'action a commencé à prendre forme en tant que genre à part entière. En outre, le genre aventure chevauche souvent d'autres genres, typiquement le fantastique et les westerns, mais aussi les films historiques, les drames, les comédies, les thrillers, etc.

Les motifs fréquents des films d'aventure sont l'organisation d'expéditions vers divers lieux exotiques (jungles, déserts, montagnes...) et leur exploration, la recherche de trésors précieux, d'artefacts et de lieux mythiques (temples anciens, civilisations, villes et îles perdues), et faire face à l'inconnu, qui est la principale source de suspense avec les séquences d'action. D'autres thèmes dominants peuvent être la lutte contre l'injustice, la rébellion et le défi contre les oppresseurs, la défense des innocents et le sauvetage de victimes kidnappées ou emprisonnées. Il existe également des catégories spéciales : les films de pirates sont des films d'aventure historiques basés principalement sur des personnages de pirates et impliquant des thèmes de raids et de pillages, et les films traitant de la lutte pour la survie, ou thrillers de survie, dont les héros se retrouvent dans des endroits isolés ou inhospitaliers, faisant face à des sentiments de solitude, luttant pour rester en vie et tentant de retourner à la civilisation. De nombreux films d'aventure sont des adaptations d'œuvres littéraires - le genre est né à l'origine des romans d'aventure - tandis que d'autres sont inspirés d'événements historiques réels et les protagonistes sont donc des personnes réelles ayant vécu à cette époque. Les films catastrophe constituent une autre catégorie notable, mais ils sont traités comme un genre à part entière.


Les films d'aventure à l'époque du muet

Les thèmes d'aventure sont présents dans de nombreux films depuis l'invention du cinéma. Le Voyage dans la Lune (1902), réalisé par le réalisateur français et pionnier des effets visuels au cinéma, Georges Méliès, peut être considéré comme l'un des premiers films d'aventure de plus d'une minute, et c'est aussi le premier film de science-fiction de l'histoire grâce à son intrigue sur les astronautes, leur voyage à la surface de la lune et leur rencontre avec des extraterrestres. La même année, Méliès réalisa une adaptation des Voyages de Gulliver, Le Voyage de Gulliver à Lilliput et chez les Géants, suivie de l'adaptation de 20 000 lieues sous les mers de Verne (1907), et en 1912, il revint au thème de l'exploration dans A La Conquête du pôle, autant de films qui contenaient de forts éléments fantastiques. Parmi les autres premiers films européens, citons le film français Fanfan-la-Tulipe (1925) et le film italien Les Aventures extraordinaires de Saturnin Farandoul (1913), dont le protagoniste, élevé par des singes, vit des aventures sous la mer, dans les airs et à travers les continents. Des films d'aventure furent également réalisés en Grande-Bretagne (The Laughing Cavalier, 1917) et dans l'Empire allemand (Les Nibelungen, film fantastique en deux parties de Fritz Lang, 1924), tandis que She (1925), qui met en scène des héros à la recherche d'une cité mythique souterraine donnant l'immortalité, fut une coproduction germano-britannique.

Le premier film de pirates, L'Or du pirate (1908), réalisé par D. W. Griffith, fut tourné en Amérique, et bien d'autres suivirent. Robin des Bois (1912) fut le premier film à porter à l'écran le célèbre hors-la-loi de Sherwood, lui et sa bande prenant aux riches pour donner aux pauvres ; il y eut aussi des adaptations de romans comme Ivanhoé (1913), 20’000 Lieues sous les Mers (1916), Les Trois Mousquetaires (1916), Tom Sawyer (1917), Le Dernier des Mohicans (1920), L'Île au trésor (1920) et Le Monde perdu (1925), dans lequel une expédition aventureuse se rendait sur un territoire où vivaient des dinosaures survivants. Dans le film d'aventure et de romance Don Juan (1926), le personnage principal était un séducteur de femmes bien connu ; des motifs d'aventure commençaient également à apparaître dans des films burlesques comme Le Mécano de la Générale (1926), alors que furent réalisés les premiers films mettant en scène Tarzan, le seigneur des singes : Tarzan chez les singes (1918), Le Retour de Tarzan (1920) et Tarzan et le lion d'or (1927). Quant à Ben-Hur (1925), ce fut un événement majeur. Il s'agissait d'un film d'aventure historique somptueux, techniquement révolutionnaire et très coûteux, contant l’histoire d’un prince juif associé à l'histoire de Jésus-Christ.

Le Mécano de la Générale (1926)

Le Mécano de la Générale - Buster Keaton

 

Les films de cape et d'épée des années 1920 et 1930

Les "films de cape et d'épée" furent un type de film d'aventure devenu populaire en Amérique à partir des années 1920. Il s'agissait de films d'action et d'aventure avec des combats à l'épée et de vaillants héros qui sauvaient des demoiselles en détresse et réglaient leurs comptes avec leurs ennemis dans des duels à l'épée ou au sabre. Souvent inspirés de mythes héroïques populaires, d'histoires de pirates ou de personnages de la littérature classique, ils rencontrèrent le succès auprès du public grâce à la combinaison attrayante d'une action d'aventure divertissante et d'une romance historique. Le film phare de ce sous-genre fut Le Signe de Zorro (1920), avec Douglas Fairbanks dans le rôle du justicier masqué, qui joua ensuite dans des films d'aventure tout aussi remarquables comme Les Trois Mousquetaires (1921), Robin des Bois (1922), Le Voleur de Bagdad (1924), Le Fils de Zorro (1925), Le Pirate noir (1926) et Le Masque de fer (1929).

Dans les années 1930, alors que le son était déjà la norme, le successeur de Fairbanks fut Errol Flynn, qui joua dans Capitaine Blood (1935), Les Aventures de Robin des Bois (1938) et L'Aigle des mers (1940). Zorro réapparut dans Le Signe de Zorro (1940), interprété cette fois par Tyrone Power. D'autres représentants du genre « de cape et d'épée » furent Le Comte de Monte Cristo (1934), Le Prisonnier de Zenda (1937), L'Homme au Masque de fer (1939) et le film britannique The Scarlet Pimpernel (1934). À l'époque du muet, les films d'aventure en série étaient également populaires et furent de facto les prédécesseurs des séries télévisées. L'un des premiers films de ce type fut la série de 20 épisodes intitulée Les Périls de Pauline (1914), qui racontait l'histoire d'une demoiselle en détresse se retrouvant dans une situation différente à la fin de chaque épisode. Le nombre de ces productions sérialisées devait augmenter considérablement par la suite, beaucoup d'entre elles mettant également en scène des héros connus de romans d'aventure et de films de cape et d'épée, comme The Son of Tarzan (1920), Les Aventures de Tarzan (1921), The Adventures of Robinson Crusoe (1922), Tarzan le tigre (1929), Les Trois Mousquetaires (1933) et Le Retour de Zorro (1937).

Capitaine Blood (1935)

Capitaine Blood - Errol Flynn

 

King Kong et autres premiers films d'aventure sonores

En 1933 eut lieu la première de King Kong, où un groupe de cinéastes arrivait sur une île mystérieuse pour tourner un film. Ils rencontraient un gorille géant et, après avoir réussi à le capturer, le transportaient à New York. Ce film deviendra l'un des plus célèbres de l'histoire et fera fait l'objet de plusieurs remakes. Les nouveaux films de Tarzan, tels que Tarzan, l'homme singe (1932), Tarzan et sa compagne (1934) et Tarzan s'évade (1936), connurent également un grand succès. Cette série continua à prospérer dans les années 40 et 50, avec près de vingt suites, la plupart mettant en scène d'abord Johnny Weissmuller, puis Lex Barker.

Le film susmentionné, She, datant de 1925, fit l'objet d'une reprise, en 1935, du thème de l'expédition vers une ville souterraine, tandis que les héros de Horizons perdus (1937) de Frank Capra partaient à la recherche du légendaire royaume de Shangri-La. Les expéditions d'aventure furent également popularisées par Les Aventures de Marco Polo (1938) et Stanley et Livingstone (1939), alors que d'autres adaptations de romans d'aventure eurent un impact significatif, notamment le roman de pirates L'Île au trésor (1934), L'Appel de la forêt (1935) qui se déroulait dans les champs aurifères de l'Alaska, une autre version de The Three Mesquiteers (1936) et Les Mines du roi Salomon (1937), qui traitait de la recherche de mines de diamants en Afrique du Sud.

Le film d'aventure Les Révoltés du Bounty (1935) de Frank Lloyd, inspiré d'une mutinerie réelle sur un navire de la marine britannique contre un capitaine sadique, remporta l'Oscar 1936 du meilleur film, avec une des huit nominations. Parmi les autres films qui concoururent pour le même prix, citons Les Trois lanciers du Bengale (1935) de Henry Hathaway, une histoire de soldats britanniques combattant des rebelles dans l'Inde coloniale, qui obtint sept nominations aux Oscars, et Capitaines courageux (1937) de Victor Fleming, dans lequel un garçon issu d'un milieu aisé se retrouvait en compagnie de pêcheurs ; Seuls les anges ont des ailes (1939) de Howard Hawks, sur les pilotes de reconnaissance, et une nouvelle version du Le Voleur de Bagdad (1940), une coproduction américano-britannique qui remporta trois Oscars au total.

King Kong (1933)

King Kong -

 

Fan-Fan la Tulipe et autres films d'aventure des années 40 et 50

Dans les années 40 et 50, les films d'aventure hollywoodiens prirent souvent la forme de westerns, qui dominèrent toutes les autres productions de l'époque, mais un grand nombre de films de guerre et de films policiers furent également réalisés. Les techniques du western et du film d'aventure furent combinées avec succès, notamment dans Le Trésor de la Sierra Madre (1948) de John Huston, qui remporta trois Oscars et qui traitait de l'influence corruptrice de l'or découvert sur un trio de vagabonds et de chercheurs d'or avides et mutuellement méfiants. Peu après, Huston réalisa La Reine africaine (1951), nominé aux quatre Oscars, qui racontait l'histoire de deux protagonistes contrastés, joués par Katharine Hepburn et Humphrey Bogart, contraints de survivre ensemble dans la jungle africaine, et devint un pionnier pour de nombreuses romances d'aventure ultérieures. Le film Le Tour du monde en quatre-vingts jours (1956) de Michael Anderson, qui remporta cinq Oscars, eut encore plus de succès en termes de récompenses. En ce qui concerne les autres adaptations notables de romans, on ne peut oublier 20 000 lieues sous les mers (1954), réalisé par Richard Fleischer, avec deux Oscars à son actif et avec Kirk Douglas ; Moby Dick (1956), avec Gregory Peck dans le rôle d'un capitaine de baleine obsédé ; et Le Pont de la Rivière Kwai (1957), réalisé par David Lean, avec Alec Guinness et William Holden dans le rôle de prisonniers de guerre, qui remporta sept Oscars.

Les Trois Mousquetaires (1948), Les Aventures de Don Juan (1948), Cyrano de Bergerac (1950), qui racontait l'histoire d'un épéiste au gros nez amoureux, et Scaramouche (1952), dont l'action se déroulait pendant la Grande Révolution française, firent revivre les histoires littéraires classiques de cape et d'épée. Il y eut également eu des reprises des Mines du Roi Salomon (1950), qui remporta deux Oscars, et du Prisonnier de Zenda (1952). Le nombre de films de pirates et de marins augmenta également avec, par exemple, Le Cygne noir (1942), Les Naufrageurs des mers du sud (1942), nommé trois fois aux Oscars, L'Aventure vient de la mer (1944), Capitaine Kidd (1945), Sinbad le Marin (1947), la comédie musicale Le Pirate (1948), L'île au trésor (1950), d'après le célèbre livre éponyme, les héroïnes pirates de La Flibustière des Antilles (1951), A l'abordage (1952), la comédie Le Corsaire rouge (1952), Les Boucaniers (1958) et le film d'animation Peter Pan (1953). Le Septième voyage de Sinbad (1958), inspiré de la mythologie grecque, fut coproduit par les États-Unis et la Grande-Bretagne, suivi des suites Le Voyage fantastique de Sinbad (1973) et Sinbad et l'oeil du tigre (1977). On peut également citer L'Odyssée de Charles Lindbergh de Billy Wilder (1957) et Les Vikings de Richard Fleischer (1958).

En France, Les Trois Mousquetaires (1953) et Le Comte de Monte-Cristo (1954) furent coproduits avec l'Italie. Fan-Fan la Tulipe (1952), dans lequel Gérard Philipe jouait le rôle d'un héros romantique spontané auquel on avait faussement prédit qu'il épouserait la fille du roi avant de s'engager dans l'armée, et Le Bossu de Paris (1959), dans lequel Jean Marais, dans le rôle d'un noble courageux, recueillait la jeune fille de son ami assassiné, furent deux grands succès. Le réalisateur Henri-Georges Clouzot obtint un succès avec son thriller d'aventure Le Salaire de la peur (1953), qui dépeignait l'histoire de camionneurs transportant un dangereux chargement de nitroglycérine dans la jungle latino-américaine, tandis que le réalisateur espagnol Luis Buñuel réalisait l'adaptation mexicaine acclamée de Robinson Crusoé de Daniel Defoe (1954). Les années 1950 virent une vague de films de samouraïs aventureux au Japon, et leur figure de proue, le réalisateur Akira Kurosawa, devint célèbre grâce à des films comme Les Sept Samouraïs (1954), Le Garde du corps (1961) et Sanjuro (1962), tous interprétés par son acteur fétiche Toshiro Mifune.

Le Septième voyage de Sinbad (1958)

Le Septième voyage de Sinbad -

 

Epopées historiques et autres films d'aventure des années 1960

En 1956, le réalisateur Cecil B. DeMille fit une reprise de son propre film historique, Les Dix Commandements, l'histoire biblique de Moïse, nominée sept fois aux Oscars et interprétée par Charlton Heston, qui allait ensuite jouer dans Ben-Hur (1959) de William Wyler, une reprise du film éponyme de 1925, qui remporta un nombre record de onze Oscars. Ils furent suivis par Spartacus (1960) de Stanley Kubrick, qui remporta quatre Oscars et dans lequel Kirk Douglas incarnait le chef d'une révolte d'esclaves dans la Rome antique. Une autre épopée d'aventure fut Lawrence d'Arabie (1962) de David Lean, qui remporta sept statuettes dorées et mit en vedette Peter O'Toole dans le rôle d'un officier britannique réussissant à unir les tribus arabes contre les Turcs pendant la Première Guerre mondiale. Le thème historique de la défense de la capitale soudanaise contre les envahisseurs islamiques fut au centre du film britannique Khartoum (1966), et une histoire encore plus ancienne fut le sujet de Jason et les Argonautes (1963), qui s'inspirait de mythes anciens. La Grande Évasion, du réalisateur John Sturges (1963), qui se déroulait pendant la Seconde Guerre mondiale et reposait sur l'évasion d'un camp de prisonniers allemand de soldats alliés menés par Steve McQueen, pourrait également être considéré comme un film d'aventure.

Les Révoltés du Bounty (1962), réalisé par Carol Reed et Lewis Milestone et mettant en vedette Marlon Brando dans le rôle d'un officier menant une mutinerie contre un capitaine despotique, fut nommé pour sept Oscars. Le Vol du Phénix (1965) de Robert Aldrich, qui racontait l'histoire d'un groupe de naufragés survivant après un accident d'avion en plein désert du Sahara, fut également en lice pour deux statuettes dorées. Sa Majesté des mouches (1963) de Peter Brook, sur la survie d'un groupe d'enfants après un accident d'avion sur une île déserte, avait une thématique similaire. La comédie-aventure d'Howard Hawks, Hatari ! (1962) sur des chasseurs capturant des animaux sauvages pour des zoos en Afrique, eut également eu un impact significatif. Parmi les autres films populaires, citons Les Voyages de Gulliver (1960), le film sur les dinosaures Un Million d'années avant J.-C. (1966) et La Vallée de Gwangi (1969), tous deux réalisés avec le spécialiste des effets spéciaux Ray Harryhausen. Plusieurs films traitent des légendes arthuriennes, comme le film d'animation Merlin l’Enchanteur (1963), le film britannique Lancelot and Guinevere (1963), et la comédie musicale Camelot (1967), qui remporta trois Oscars. L'histoire du film de 1935 She fut reprise dans le film britannique She (1965), suivi plus tard d'une suite, La Déesse des sables (1968).

En Europe, la coproduction française d'une série de films d'aventure et d'amour historiques, avec Michèle Mercier et Robert Hossein, racontant l'histoire d'une noble mariée à un riche comte, a constitué un phénomène de longue date : Angélique, Marquise des Anges (1964), Merveilleuse Angélique (1965), Angélique et le roy (1966), Indomptable Angélique (1967) et Angélique et le sultan (1968). Il y eut également un certain nombre de films de cape et d'épée français coproduits avec l'Italie et l'Espagne, comme Les Trois Mousquetaires : les Ferrets de la Reine (1961), Les Trois Mousquetaires : La Vengeance de Milady (1961) et Le Masque de fer (1962), tandis que le film italien La Revanche de d'Artagnan (1963) et la coproduction espagnole Scaramouche (1963) furent réalisés dans la même veine. Les films français de comédie d'aventure avec Jean-Paul Belmondo, tels que L'Homme de Rio (1964) et Les Tribulations d’un Chinois en Chine (1965), furent également populaires.

Le Vol du Phénix (1965)

Le Vol du Phénix - Peter Finch, James Stewart

 

Les Dents de la mer et autres films d'aventure des années 1970

Au tournant des années 1960 et 1970, une nouvelle génération de cinéastes entra dans le monde du cinéma américain et donna naissance à l'ère du Nouvel Hollywood, mais elle n'accorda pas beaucoup de place aux films d'aventure, préférant d'autres genres et des films aux ambitions plus artistiques. Cependant, l'un des films les plus rentables des années 1970 fut Les Dents de la mer (1975) de Steven Spielberg, qui tournait d'abord autour d'un requin géant mangeur d'hommes menaçant les résidents et les visiteurs d'une station balnéaire, puis autour du groupe de casse-cou engagés pour l'éliminer. Ce thriller d'aventure, acclamé par la critique, éleva le principe de la chasse aux bêtes de série B au rang de chef-d'œuvre, remporta trois Oscars et sa sortie à la fin du mois de juin marqua le début de l'ère des superproductions estivales. Un autre film ayant marqué l'histoire fut la coproduction The Three Musketeers (1973), réalisé par Richard Lester, considéré par beaucoup comme la meilleure adaptation du roman classique de Dumas, et il fut rapidement suivi par une suite : On l'appelait Milady (1974). Le film italo-français Zorro (1975), avec Alain Delon, s'inspirait également de la tradition des films de cape et d'épée.

Le film allemand de Werner Herzog, Aguirre, la colère de Dieu (1972), sur une expédition dans la jungle sud-américaine menée par un conquistador obsédé par la découverte de la mythique cité d'or d'El Dorado, était visionnaire. En 1976, John Guillermin réalisa une nouvelle version du légendaire King Kong. L'acteur Sean Connery brilla dans les films d'aventure L'Homme qui voulut être roi (1975), Le Lion et le Vent (1975) et La Rose et la Flèche (1976). Plusieurs films traitèrent également du thème de la survie en milieu sauvage, comme Le Convoi sauvage avec Richard Harris (1971), Jeremiah Johnson avec Robert Redford (1972) et le thriller d'aventure Délivrance (1972), dont les protagonistes entraient en conflit avec de rudes montagnards lors d'une descente de rivière sauvage, tandis que L'Île au trésor avec Orson Welles (1972) et Le Pirate des Caraïbes (1976) abordèrent le thème des pirates. Les légendes du Roi Arthur inspirèrent le film franco-italien Lancelot du Lac (1974), tandis que la comédie britannique Monty Python et le Saint Graal (1975) en joua de manière parodique. Le réalisateur et animateur Ralph Bakshi créa plusieurs films d'aventure fantastique animés pour adultes, notamment Les Sorciers de la guerre (1977), Le Seigneur des Anneaux (1978) et Tygra : la glace et le feu (1983).

Les Dents de la mer (1975)

Les Dents de la mer - Robert Shaw, Roy Scheider, Richard Dreyfuss

 

Indiana Jones et autres films d'aventure des années 1980

Excalibur (1981), de John Boorman, contribua au thème des légendes arthuriennes, tandis que la même année, Le Choc des Titans (1981) de Desmond Davis, s'inspirait des mythes anciens, et un an plus tard, John Milius réalisa Conan le Barbare (1982), qui s'inspirait d'une série d'histoires fantastiques. Ces trois films, considérés comme les pierres angulaires de l'aventure fantastique moderne, inspirèrent de nombreux autres cinéastes et furent suivis de nombreux autres films de genre. Dans la foulée de Conan le Barbare, on trouve la suite Conan le destructeur (1984) et Kalidor: la légende du talisman (1985). Highlander (1986), de Russell Mulcahy, atteignit un statut culte avec l'histoire de guerriers immortels réglant leurs comptes à travers plusieurs siècles, tandis que les films de contes de fées d'aventure tels que Ladyhawke, la femme de la nuit, de Richard Donner (1985), Princess Bride de Rob Reiner (1987) et Willow de Ron Howard (1988) connurent également le succès. Le genre des films fantastiques d'aventure fut développé par Legend de Ridley Scott (1985), Labyrinthe de Jim Henson (1986), Bandits, bandits (1981) et Les Aventures du Baron de Munchausen (1988) de Terry Gilliam, et L'Histoire sans fin de Wolfgang Petersen (1984).

Les Aventuriers de l'Arche perdue (1981), de Steven Spielberg, fut une autre contribution majeure au genre du film d'aventure, en présentant au monde le personnage d'un archéologue et aventurier intrépide, armé d'un fouet, interprété par Harrison Ford. L'histoire, dans laquelle le protagoniste combat les nazis et recherche la mythique Arche d'Alliance, servit d'hommage aux films d'aventure et aux feuilletons des années 1930 et fut suivie de plusieurs suites. Dans Indiana Jones et le Temple Maudit (1984), l'intrigue tournait autour des pierres sacrées et des adeptes d'un dangereux culte religieux, tandis que le troisième volet, Indiana Jones et la Dernière Croisade (1989), était essentiellement une quête du Saint Graal. Le quatrième volet, Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal (2008), sortit près de vingt ans plus tard, mais cette fois, l'intrigue fut déplacée des années 30 aux années 50. Outre les modèles d'aventure, il s'inspira également de la science-fiction vingt ans plus jeune et remplaça les nazis par les Soviétiques. Le succès de la franchise Indiana Jones fut suivi, entre autres, par l'aventure-comédie-romance À la poursuite du diamant vert (1984) de Robert Zemeckis et sa suite Le Diamant du Nil (1985), avec Michael Douglas et Kathleen Turner.

La comédie musicale The Pirates of Penzance (1983), la comédie britannique Barbe d'or et les pirates (1983) et Pirates de Roman Polanski (1986) tentèrent en vain de relancer le genre pirate. Un trésor de pirates était également présent dans le film d'aventure familial Les Goonies (1985) de Richard Donner, dans lequel un groupe de garçons partait à la recherche d'un trésor dans des grottes souterraines. L'atmosphère d'aventure enfantine fut également véhiculée par le film Stand by Me (1986) de Rob Reiner, qui racontait le périple de quatre amis à la recherche d'un cadavre. Greystoke : La Légende de Tarzan (1984) et Runaway Train (1985) étaient tous deux en lice pour trois Oscars ; le film historique franco-britannique Mission (1986), qui se déroulait dans les colonies espagnoles et portugaises d'Amérique du Sud, ne remporta qu'une seule de ses sept nominations, et la coproduction La Guerre du feu (1981), qui mettait en scène des hommes préhistoriques, obtint également une statuette. Parmi les autres films d'aventure notables des années 1980, citons la comédie L'Homme des cavernes (1981), Le Bounty (1984), sur la célèbre mutinerie, et Mosquito Coast (1985), sur une famille américaine quittant la ville sous la houlette de son père obsessionnel qui détestait la civilisation et commençait une nouvelle vie troublée au milieu de la jungle.

Indiana Jones et la Dernière Croisade (1989)

Indiana Jones et la Dernière Croisade - Julian Glover, Alison Doody, Denholm Elliott, John Rhys-Davies, Harrison Ford, Sean Connery

 

Jurassic Park et autres films d'aventure des années 1990

Au tout début des années 1990, Kevin Costner réussit à imposer son premier film anti-western, Danse avec les loups (1990), une aventure monumentale sur un soldat américain qui gagna la confiance d'une tribu indienne. Ce film acclamé fut un énorme succès et remporta sept Oscars, dont celui du meilleur film. Un an plus tard, Costner tint également le rôle principal dans Robin des Bois : le Prince des voleurs (1991), qui perpétua la tradition des films de cape et d'épée, tout comme le film français Cyrano de Bergerac (1990), avec Gérard Depardieu, et Le Masque de Zorro (1998) d'Antonio Banderas, dont la popularité donna lieu à une suite, La légende de Zorro (2005). Jurassic Park (1993), de Steven Spielberg, fut techniquement révolutionnaire avec une intrigue tournant autour de la création d'une réserve naturelle avec des dinosaures clonés. Il s'agissait d'une aventure de science-fiction qui combinait de manière crédible les effets informatiques et animatroniques (contraction d’ « animation électronique », selon Wikipedia) et qui devint le film le plus rentable de l'histoire à l'époque, donnant lieu à deux suites, Le Monde perdu : Jurassic Park (1997) et Jurassic Park III (2001).

Lancelot, le premier chevalier (1995) offrit une variation de l'histoire arthurienne, le conte de fées Coeur de dragon (1996) qui fut un ajout bienvenu au genre fantastique d'aventure, alors que la mythologie égyptienne fut ravivée par La Momie (1999) de Stephen Sommers et ses deux suites. Il y eut également des films d'aventure sur le thème de l'alpinisme (K2, 1991) et des films qui combinèrent le genre avec la parodie (Sacré Robin des Bois, 1993), le thriller (La Rivière Sauvage, 1994), la comédie occidentale (Maverick, 1994) et la comédie romantique (Six jours sept nuits, 1998). Des films comme Waterworld (1995) ou Postman (1997) eurent des décors post-apocalyptiques, tandis que Les Survivants (1993) et À couteaux tirés (1997) étaient liés par la survie de plusieurs personnages après un accident d'avion dans une montagne sauvage. Il y eut également plusieurs nouvelles adaptations de romans d'aventure classiques, notamment Les Trois Mousquetaires (1993), Le Livre de la jungle (1994), Robinson Crusoé (1997) et L'Homme au masque de fer (1998). De célèbres adaptations littéraires servirent également de base aux films L'Île oubliée (1990), Croc-Blanc (1991), Lame de fond (1996) et le très apprécié Le Dernier des Mohicans de Michael Mann (1992), dont l'action se déroulait à l'époque des batailles entre Français et Anglais et les Indiens pendant la colonisation de l'Amérique du Nord. Medicine Man avec Sean Connery (1992), L'Ombre et la proie (1996) avec Michael Douglas et Val Kilmer, Sept ans au Tibet avec Brad Pitt (1997) et la série de films Les Aventures du jeune Indiana Jones (depuis 1992) se basèrent sur des séries télévisées.

Steven Spielberg se joignit aux tentatives de relance du genre pirate avec Hook ou la revanche du Capitaine Crochet (1991), qui plongeait dans l'univers de Peter Pan, mais l'échec cuisant de L'Île aux pirates (1995) de Renny Harlin eut pour effet d’enterrer définitivement cet effort. La dernière contribution au genre pirate dans les années 90 fut le film familial L'Île au trésor des Muppets (1996), avec les célèbres marionnettes. Parmi les autres films d'aventure familiaux, citons Sauvez Willy (1993), qui racontait l'amitié entre un orque et un garçon qui cherche à le libérer, L'Incroyable Voyage (1993), mettant en scène deux chiens et un chat, Jumanji (1995), du nom d'un jeu de société malicieux qui crée des obstacles pour ses joueurs dans le monde réel, et le film français Astérix et Obélix contre César (1999), basé sur une bande dessinée populaire. Il convient également de mentionner Les Aventures d'Huckleberry Finn (1993), L'Enfer blanc (1994), Prince Noir (1994), L'Envolée sauvage (1996), George de la jungle (1997), La Légende de l'ours (1999) et Stuart Little (1999), ainsi que des films d'animation tels que Anastasia (1997), Excalibur, l'épée magique (1998), Le Géant de fer (1999) et La Bande à Picsou : le film - Le Trésor de la lampe perdue (1990) de Disney, Aladdin (1992), Le Roi Lion (1994), Pocahontas (1995), Hercule (1997), Mulan (1998) et Tarzan (1999).

Robin des Bois, prince des voleurs (1991)

Robin des Bois, prince des voleurs - Kevin Costner

 

Pirates des Caraïbes et autres films d'aventure après 2000

L'essor de la technologie numérique entraîna le déclin progressif des films d'aventure classiques, qui furent remplacés par des films de science-fiction et fantastique, ainsi que par des films d'action et de super-héros. Le genre du film d'aventure fantastique fut largement relancé par l'extraordinaire succès de la trilogie du Seigneur des Anneaux de Peter Jackson (2001, 2002 et 2003), dont le troisième volet a remporté onze Oscars et devint le premier film fantastique à remporter l'Oscar du meilleur film. Il fut suivi d'autres adaptations de romans d'aventures fantastiques comme Eragon (2006), À la croisée des mondes : La Boussole d'or (2007), Stardust, le mystère de l'étoile (2007), John Carter (2012), Le BGG, Le Bon Gros Géant (2016), et la série de films Le Monde de Narnia (2005, 2008 et 2010). Des films familiaux tels que Peter Pan (2003), Le Secret de Terabithia (2007), Les Chroniques de Spiderwick (2008), La Cité de l'ombre (2008) et Pan (2015), ainsi que des films d'animation tels que La Légende de Beowulf (2007), Dragons (2010) et Rebelle (2012) relevèrent également du même genre. Certains films d'aventure basés sur des mythes grecs comme Troie (2004), Le Choc des Titans (2010) et Hercule (2014) rejoignirent également le genre fantastique. La profitable aventure fantastique de Gore Verbinski, Pirates des Caraïbes : La Malédiction du Black Pearl (2003), réussit finalement à faire revivre le genre apparemment mort des pirates, et son succès donna naissance à une franchise populaire avec des épisodes sous-titrés Le Secret du coffre maudit (2006), Jusqu’au bout du Monde (2007), La Fontaine de jouvence (2011) et La Vengeance de Salazar (2017).

Au début du nouveau millénaire, plusieurs films d'aventures historiques eurent un impact significatif, notamment Gladiator (2000) et Kingdom of Heaven (2005), tous deux réalisés par Ridley Scott et récompensés par cinq Oscars, ainsi que Le Dernier Samouraï (2003) d'Edward Zwick et Alexandre (2004) d'Oliver Stone. Plusieurs histoires établies de longue date firent l’objet d’une nouvelle lecture : Le Roi Arthur d'Antoine Fuqua (2004), King Kong (2005) de Peter Jackson, récompensé par trois Oscars, Robin Hood (2010) de Ridley Scott et Tarzan (2016) de David Yates, qui bénéficièrent tous d'un rendu plus ou moins classique, tandis que leurs variantes plus récentes comme Kong : Skull Island (2017), Le Roi Arthur : La Légende d'Excalibur (2017), et Robin des Bois (2018) adoptèrent une approche plus moderne, non conventionnelle et innovante. Le thème d'un parc avec des dinosaures fut revisité dans Jurassic World (2015), et une nouvelle vague de popularité fut déclenchée par les remakes en tournage direct des films d'aventure animés de Disney : Le Livre de la jungle (2016), Aladdin (2019), Le Roi Lion (2019) et Mulan (2020) ; quant au film d'aventure fantastique/science-fiction Avatar (2009) de James Cameron, il connut un succès sans précédent, devenant pour longtemps le film le plus lucratif de l'histoire.

Pirates des Caraïbes : La Malédiction du Black Pearl (2003)

Pirates des Caraïbes : La Malédiction du Black Pearl - Johnny Depp, Orlando Bloom

 

Le thème de la survie et autres films d'aventure après 2000

Le succès de Seul au monde (2000) de Robert Zemeckis, dont le protagoniste, interprété par Tom Hanks, devint un Robinson Crusoé des temps modernes, entraîna un boom des films à thème survivaliste, et les personnages de Inuit (2003), La Mort suspendue (2003), Into the Wild (2007), 127 heures (2010, avec six nominations aux Oscars), Le Territoire des Loups (2011), The Revenant (2015, trois Oscars sur douze nominations), La Montagne entre nous (2017), Jungle (2017), et Arctic (2018), ainsi que les personnages des films d'alpinisme Vertical Limit (2000), Duel au sommet (2008), et Everest (2015) virent tous leurs vies mises en danger dans des conditions inhospitalières. Il y eut également plusieurs films sur la survie sur une mer hostile, que ce soit sur un bateau (L'Odyssée de Pi, 2012 ; All Is Lost, 2013 ; ou À la dérive, 2018) ou sans bateau (Open Water : En eaux profondes, 2003). Quant aux héros de Le Chemin de la liberté (2002) et de Les Chemins de la liberté (2010), ils vécurent des voyages obsédants dans différents lieux, et le thème de la lutte pour la survie était également abordé dans une grotte inondée (Sanctum, 2011), dans les eaux glaciales de l'océan Arctique (Survivre, 2012), dans l'espace (Gravity, 2013) ou à la surface de Mars (Seul sur Mars, 2015). D'autres films mettant en scène la confrontation des héros avec des animaux, tels que des requins (The Reef, 2010, Instinct de survie, 2016) ou des alligators (Crawl, 2019), sont également entrés dans la même catégorie.

Chevalier (2001) proposa une version non conventionnelle du Moyen Âge, alors que Casanova (2005), Ben-Hur (2016) et La Momie (2017) furent dépoussiérés, et L'Homme qui tua Don Quichotte (2018), de Terry Gilliam, présenta une variation particulière sur le chevalier castillan. Le thème des expéditions aventureuses revint avec Kon-Tiki (2012), The Lost City of Z (2016) et les films familiaux Voyage au centre de la Terre 2 : L'île mystérieuse (2012) et Dora et la Cité perdue (2019). L'aventure navale, nommée pour dix Oscars : Master & Commander : de l'autre côté du monde (2003) de Peter Weir a revisité les guerres napoléoniennes, tandis que l'intrigue du Capitaine Phillips (2013), nommé aux six Golden Globes, sur un cargo pris en embuscade par des pirates somaliens, se déroule de nos jours. Des films d'aventure tels que Lara Croft : Tomb Raider (2001), Prince of Persia : les sables du temps (2010), Assassin's Creed (2016) et Tomb Raider (2018) se basèrent sur des jeux informatiques populaires, tandis que Jumanji : Bienvenue dans la jungle (2017) s’inspira de jeux vidéo.

Il y eut également des adaptations de romans d'aventure classiques, notamment Le Tour du Monde en 80 jours (2004), Voyage au Centre de la Terre (2008), Au coeur de l'Océan (2015) et L'Appel de la Forêt (2020), ainsi que des films de cape et d'épée comme La Vengeance de Monte Cristo (2002), de conception traditionnelle, et Les Trois Mousquetaires (2011), de style steampunk. D'autres films d'aventure méritent également d'être mentionnés, notamment La Plage (2000), Capitaine Sky et le monde de demain (2004), Benjamin Gates et le Trésor des Templiers (2004), Blood Diamond (2006), Apocalypto (2006) et Lone Ranger, Naissance d'un héros (2013), ainsi que des aventures familiales telles que Belle et Sébastien (2013), L’Aigle et l’Enfant (2015), des aventures animées telles que Dinosaure (2000), L'Âge de glace (2002), La Planète au trésor : Un nouvel univers (2002), Le Monde de Nemo (2003), Les Aventures de Tintin (2011), Les Pirates ! Bons à rien, Mauvais en tout (2012), Les Croods (2013), Tout en haut du monde (2015), Kubo et l'armure magique (2016), Vaiana, la légende du bout du monde (2016), et Les Croods 2 : Une nouvelle ère (2020).

Seul au monde (2000)

Seul au monde - Tom Hanks

 

Séries d'aventures télévisées

Dans les années 1950, la Grande-Bretagne fut particulièrement prolifique dans la production de séries d'aventures pour la télévision, avec Robin des Bois (1955-1960) qui connut un grand succès aux Etats-Unis. Durant cette période, les Britanniques produisirent également les séries The Adventures of Sir Lancelot (1956-1957) et The Count of Monte Cristo (1956), les séries de pirates The Buccaneers (1956-1957) et Guillaume Tell (1958-1959), sans oublier les séries américaines Zorro (1957-1959), Aventures dans les îles (1959-1962) et la série familiale Lassie (1954-1974). La catégorie des séries d'aventures familiales se développa dans les années 1960 avec, par exemple, Flipper le dauphin (1964-1967) et la série française Belle et Sébastien (1965-1970). En revanche, d’autres histoires d'aventures eurent tendance à reculer au profit d'autres genres. Dans les années 1970 et 1980, le genre de l'aventure fut enrichi par les mini-séries Deux ans de vacances (1974), Le Comte de Monte-Cristo (1979), The Coral Island (1983), Robin of Sherwood (1984-1986) et Guillaume Tell (1987-1989). Le genre aventure comprenait également des séries animées telles que Edgar de la cambriole (1971-1972), Le Tour du monde en 80 jours (1981), La Bande à Picsou (1987-1990) et Tic et Tac : Les Rangers du Risque (1989-1990).

Dans les années 1990, le développement de la technologie numérique conduisit à la création de plusieurs séries d'aventures fantastiques inspirées d'histoires de guerriers légendaires et de héros mythologiques, dont les plus célèbres sont Hercule (1995-1999) et Xena, la guerrière (1995-2001), mais la série canadienne Les Aventures de Sinbad (1996-1998) eut également de nombreux fans. La série Zorro (1990-1993) et les mini-séries Le Comte de Monte Cristo (1998) et The Scarlet Pimpernel (1999) ont fait revivre le genre de cape et d'épée, tandis que Les Aventures du jeune Indiana Jones (1992-1993) profitèrent de la popularité de la franchise d'aventure, pendant que Sharpe (1993-2008), qui décrivait le destin d'un soldat britannique pendant les guerres napoléoniennes, connut également le succès. Le genre de l'aventure animée se développa avec des séries comme Super Baloo (1990-1991) et Les Aventures de Tintin (1991-1992). Lost : Les Disparus (2004-2010) devint un phénomène du nouveau millénaire, en décrivant la vie aventureuse de personnes qui se retrouvent naufragées sur une île mystérieuse après un accident d'avion. D'autres étapes importantes du genre furent les séries d’aventures fantastiques telles que Game of Thrones (2011-2019) et The Witcher (depuis 2019). Il y eut d'autres ajouts à succès comme la série arthurienne Merlin (2008-2012), la série de pirates Black Sails (2014-2017), les séries historiques Spartacus (2010-2013), Marco Polo (2014-2016) et Vikings (2013-2020), la série de bandes dessinées Arrow (2012-2020), la mini-série Klondike (2014) et les séries animées Dragons : Cavaliers de Beurk (2012-2014) et La Bande à Picsou (depuis 2017).

Filmmaniak