Pauvres créatures

  • Belgique Pauvres créatures (plus)
Bande-annonce 1

Résumés(1)

Le réalisateur Yorgos Lanthimos et la productrice Emma Stone présentent l’incroyable conte de Bella Baxter (Emma Stone) et de son évolution hors du commun. Bella est une jeune femme ramenée à la vie par le brillant et peu orthodoxe Dr Godwin Baxter (Willem Dafoe). Sous sa protection, elle a soif d’apprendre. Avide de découvrir le monde dont elle ignore tout, elle s'enfuit avec Duncan Wedderburn (Mark Ruffalo), un avocat habile et débauché, et embarque pour une odyssée étourdissante à travers plusieurs pays. Imperméable aux préjugés de son époque, Bella est résolue à ne rien céder sur les principes d’égalité et de libération. (Pathé Belgique)

(plus)

Vidéo (14)

Bande-annonce 1

Critiques (12)

claudel 

Toutes les critiques de l’utilisateur·trice

français On peut dire que c'est une interprétation bien singulière de Frankenstein par Lanthimos ! Mais le film offre bien plus. À beaucoup d'égards, il est absolument parfait – surtout dans le scénario, les dialogues, le langage incroyablement raffiné, les blagues et les jeux de mots en français, le portugais à Lisbonne… Je n'avais encore jamais été aussi impressionné par l'expression langagière dans un film ! Emma Stone, sa performance m'a profondément marqué. Elle a relevé un défi énorme et l'a réussi à 200 % ! Si elle a reçu un Oscar pour La La Land, comment l'Académie pourrait choisir autrement cette année ? Lily Gladstone pourrait tout aussi bien recevoir une statuette pour un rôle secondaire, c'est une évidence. Un rôle extrêmement exigeant et complexe, où chaque mot, chaque mouvement, chaque clin d'œil compte. Elle a montré une telle maîtrise qu'elle laisse les autres actrices de l'année dernière loin derrière. Mark Ruffalo, lui, excelle en tant que libertin et bon vivant qui aime les pasteis de nata et le sexe, et qui sombre dans la folie face à l'irrésistible et insaisissable Bella. Les images magnifiques, le monde fantastique et tout un mélange frénétique d'absurdités, de curiosités, de bizarreries, d'humour omniprésent en tous genres, de sexe en tous genres, de voyages, de philosophie, de médecine même dans sa forme la plus perverse font de Pauvres Créatures le meilleur film de Lanthimos. Et en ce qui me concerne, il se hisse dans mon TOP 10 ! ()

POMO 

Toutes les critiques de l’utilisateur·trice

français ...et Edward aux mains d’argent trouva l’amour de sa vie en la personne de Bella... L’intellectuel Yorgos Lanthimos dans le monde fantastique de Tim Burton avec une bonne dose de sexe, le sujet socialement brûlant de l’émancipation, et un traitement dans une forme artistique qui vise les plus hautes récompenses cinématographiques. Une parabole grotesque sur le passage à l’âge adulte et la réalisation du moi féminin, teintée d’un humour particulier. Une merveilleuse paraphrase de Frankenstein en noir et blanc, avec une brillante représentation du comportement instinctif d’un esprit enfantin curieux dans un corps d’adulte avec ses besoins physiques. Le processus bien décrit de l’effondrement de la raison et de l’ego masculins après être tombé amoureux d’une femme sexuellement animale et mentalement déséquilibrée. Poor Things a l’esprit d’un film d’art et d’essai européen que tous les acteurs d’Hollywood convoitent. Il se peut que je lui attribue finalement une cinquième étoile, ou pas. J’ai trouvé beaucoup de scènes trop maniérées et pas aussi drôles que la plupart des spectateurs qui s’esclaffaient. [Festival du film de Sitges] ()

Annonces

Goldbeater 

Toutes les critiques de l’utilisateur·trice

français La fille de Frankenstein et son odyssée émancipatrice à travers l'Europe et la Méditerranée. Yorgos Lanthimos nous présente à nouveau un fragment d'un monde fantastique tordu, qui, pourtant, présente plus de parallèles avec le nôtre qu'on ne le penserait au départ. L'histoire est axée sur l'évolution du personnage de Bella, laquelle se voit ramener de la mort à la vie par un scientifique excentrique, puis, avec le cerveau d'un enfant, découvre le monde et commence à partir dans toutes les directions, y compris certaines qui pourraient être considérées comme taboues. Emma Stone offre une prestation magistrale et son personnage accumule des couches de plus en plus nouvelles au fur et à mesure que les minutes s'écoulent, le tout jusqu'à un final triomphant. Avec une telle aventure captivante, visuellement extravagante et humoristique sur le voyage de l'innocente héroïne vers la découverte du monde réel et l'émancipation progressive, on n'a pas le temps de s'ennuyer. [Sitges 2023] ()

Filmmaniak 

Toutes les critiques de l’utilisateur·trice

français Le plus extravagant Lanthimos jusqu'à ce jour, ce qui est déjà beaucoup dire. L'un des réalisateurs les plus singuliers de notre époque s'est complètement lâché et a en plus reçu beaucoup d'argent pour réaliser ses visions originales et déjantées. Le résultat est une comédie bizarre et complexe, incroyablement amusante et chargée de sens, avec des motifs "frankensteiniens", sur le voyage émancipateur d'une femme à la recherche de la connaissance du monde et d'elle-même. Une femme avec un corps d'adulte et le cerveau d'un enfant à naître, que nous suivons dans un récit en chapitres, lors de son voyage à travers l'Europe, où elle enfreint toutes les conventions sociales imaginables, ridiculise progressivement le patriarcat et finalement lui plante un couteau dans le dos, tout en traversant une évolution complète, de bébé curieux à adolescente naïve et enfin à intellectuelle éloquente avec une opinion claire sur l'état des choses. Des dialogues intelligents, un concept réfléchi, un sujet actuel, des images visuellement envoûtantes, des performances d'acteurs captivantes, des idées diaboliquement morbides, beaucoup de nudité, un film artistique comme du vin, des nominations aux Oscars inévitables. JEREMIE ()

Marigold 

Toutes les critiques de l’utilisateur·trice

anglais Yorgos Lanthimos’s greatest hits (coloured and expressively remixed). At its core, Poor Things is Dogtooth part II with the layout of an emancipation drama. Here we have a similar constellation – father-creator, who tries to protect a woman-child from the dangers of the world and foster in her a pure being, which makes him a god and a tyrant. Here we have a heroine who moves strangely, which reflects the twisted nature of the world and the attempt to free herself from conventions that others have imposed on her. Where Dogtooth ended, however, Poor Things begins. Bella and her journey of initiation through the world are reminiscent of a sexual and social bildungsroman with several stops along the way to discovering that her body belongs to her and her alone. This is a realisation that the heroes and heroines of Lanthimos’s previous films came to only painfully and with difficulty, usually ending in an embarrassing misunderstanding. The clumsy rebellion against convention, the arbitrariness of social rituals, the ego of men who try to remake women in their own image – in Poor Things, these Lanthimos trademarks are made more digestible because the film externalises them and caricatures them to an even greater extent. Nevertheless, it doesn’t sacrifice a certain amount of unpleasantness and the ability to put the viewer on the edge of their seat. I would place Bella and her escapades in schools instead of sex-education classes. Everything essential is there. Unfortunately, I only half believe Yorgos’s inner Zeman/Jeunet. I have always seen him as a brutalist and cinematographer Robbie Ryan as a realist. I find their pastel colouring books to be borderline kitschy – “attract with originality” recklessly overlaps with “make faces in every close-up”. Lanthimos’s originality has always consisted not in any spectacularly eccentric outward presentation, but in creating a picturesque initial situation, twisted realism and working with actors as if they were living marionettes. Of course, the actors are magnificent; I would point out the wonderful cameo by Hanna Schygulla in the role of an old woman who doesn’t shy away from talking about her sexuality. We can interpret Poor Things in various ways and probably every interpretation will have its own vague truth. Personally, I interpret the film as a metaphor for Lanthimos’s work, which began with warped and manipulative experiments on human material in an ugly laboratory and grew into comprehensible and mainstream catharsis in colourful settings. In my heart and soul, I will always have a greater affinity for his older, scarred dystopian freakshows about people dragged along by conventions than for his pathological fairy tales about poor wretches who have become masters of their own bodies and fate. ()

Photos (142)