Résumés(1)

Megalopolis est une épopée romaine dans une Amérique moderne imaginaire en pleine décadence. La ville de New Rome doit absolument changer, ce qui crée un conflit majeur entre César Catilina, artiste de génie ayant le pouvoir d’arrêter le temps, et le maire archi-conservateur Franklyn Cicero. Le premier rêve d’un avenir utopique idéal alors que le second reste très attaché à un statu quo régressif protecteur de la cupidité, des privilèges et des milices privées. La fille du maire et jet-setteuse Julia Cicero, amoureuse de César Catilina, est tiraillée entre les deux hommes et devra découvrir ce qui lui semble le meilleur pour l’avenir de l’humanité. (Cannes Film Festival)

(plus)

Vidéo (2)

Bande-annonce

Critiques (2)

POMO 

Toutes les critiques de l’utilisateur·trice

français Un drame antique ayant pour cadre un New York futuriste, avec des citations littéraires tirées des classiques et des considérations existentielles, ridiculement incongrues par rapport à l’exécution du film qui les entourent. C’est sexy une fois, drôle une fois, mais dans son esthétique, le reste du film est un mélange de styles pseudo-postmoderne allant de l’embarrassant au kitsch, totalement invendable auprès d’un public plus large. On y voit des scènes de foule avec des dizaines de figurants, des costumes aux motifs de la Rome antique et des scènes numériques tout droit sorties d’une fantaisie télévisuelle pour maisons de retraite. Il y a le motif de l’arrêt du temps, dénué de tout fondement et non développé, et beaucoup d’autres idées ébauchées qui n’aboutissent à rien. Est-il vraiment possible que Coppola considère ce film comme sa grande œuvre ultime, celle à laquelle il a tout donné ? Tout comme il avait lancé sa carrière avec la longue scène de mariage du Parrain, il l’enterre avec un événement horriblement théâtral pour le gotha de Mégalopolis, comme tiré du méga-flop Caligula. Sinon, Nathalie Emmanuel est magnifique, Aubrey Plaza dangereusement séduisante, et Shia LaBeouf est le meilleur du lot. [Festival de Cannes] ()

IviDvo 

Toutes les critiques de l’utilisateur·trice

anglais Francis Ford Coppola's Megalopolis brings us to a futuristic, decadent and antiquely stylized New York, New Rome. I found this combination of ancient culture (clothes, names, entertainment) with a futuristic vision of the world very appealing, and the entire film is punctuated with quotes from ancient thinkers, which only underscore their timelessness in how they still apply to today. They highlight the absurdity of certain aspects of modern times, especially the fact that we are still the same people (animals) as in the days of ancient Rome, we are just playing at being a civilized and advanced society. This is portrayed brilliantly in the film, but that's probably the end of all the pros of this "masterpiece". I should also mention that although my favourite of the entire cast is Adam Driver (who was excellent as usual), the biggest praise should go to Shia LaBeouf, who once again shows something completely new, and proves that he can still surprise. Megalopolis had a lot of potential, a lot of great ideas that deserved to be fleshed out more. The huge disappointment for me was that the main character may have the power to stop time, but he doesn't make any use of it, I thought that would have been much more meaningful or impactful to the development of the film. As it is, the whole thing just comes across as a critique of society hoping for a brighter tomorrow, coupled with a simple family drama without much transcendence, which I find very insufficient. At the end of the film, I wondered if I had accidentally fallen asleep during the screening, that I must have missed something... Or maybe I just didn't understand the whole thing. [Festival de Cannes 2024] ()

Annonces

Photos (4)